contenu

content

Content of article

L’islam se soucie de justice et de respect et c’est pourquoi il prend très au sérieux les droits et responsabilités de chacun.  Il est de la responsabilité de chaque individu de traiter la création avec respect et dignité.  Le respect commence par le fait d’aimer Dieu et d’obéir à Ses commandements.  Dieu attend de nous, adultes, que nous traitions nos enfants avec respect et que nous prenions soin d’eux, que nous les aimions et les éduquions du mieux que nous pouvons.  Quand les droits et responsabilités de chacun sont pris au sérieux, cela amène, tout naturellement, à aimer et respecter Dieu.

Quiconque obéit à Dieu et à Son messager, craint Dieu et remplit ses devoirs (envers Lui), celui-là récoltera le succès

(Coran 24:52)

Les jeunes enfants ont besoin d’être bien nourris, de bien dormir, d’être aimés et traités avec compassion.  Répondre à leurs besoins physiques tout en ignorant leurs besoins émotionnels et spirituels est inapproprié.

Il est conseillé aux mères d’allaiter si elles le peuvent.  Le lait maternel, c’est connu, est parfaitement adapté aux besoins de chaque bébé auquel il est destiné.  La science n’en finit plus de démontrer à quel point le lait maternel est bon pour le bébé; il contient des anticorps qui aident à protéger le nourrisson des microbes, de la maladie et du syndrome de mort subite.[1]

Le colostrum, ce lait épais et jaunâtre qui apparaît à la naissance de l’enfant, donne à ce dernier un bon départ dans la vie.  Puis, le lait se transforme, jour après jour, étant ainsi toujours adapté aux besoins du nourrisson.  De trois à cinq jours après la naissance, le lait contient les quantités de gras, de sucre, d’eau et de protéines nécessaires à la bonne croissance du bébé.

Les mères qui veulent donner un allaitement complet devront allaiter deux ans

(Coran 2:233)

Mais Dieu n’oblige pas une croyante à endurer une situation insoutenable.  Ainsi, si l’allaitement s’avère difficile ou même impossible, elle peut, évidemment, avoir recours au lait maternisé.

 Dieu ne veut point vous imposer un fardeau, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait, afin que vous soyez reconnaissants

(Coran 5:6)

Dès qu’ils sont assez grands pour comprendre le concept de Dieu, on doit enseigner aux enfants à aimer Celui qui les a créés.  Cela se fait tout naturellement, car les enfants sont prédisposés à aimer Dieu et à croire à Son existence.  Il n’est pas difficile, pour eux, de comprendre que Dieu est leur Créateur.  Il est donc du devoir des parents ou de toute personne prenant soin des enfants de leur inculquer l’amour de Dieu et le pur monothéisme.

 Et (rappelle-toi) quand Louqman dit à son fils, en l’exhortant : « Mon cher fils, n’attribue jamais d’associés à Dieu.  Car Lui attribuer des associés est vraiment une injustice énorme

(Coran 31:13)

Les parents et ceux qui s’occupent des enfants ont pour devoir de leur enseigner les rituels de l’islam.  Ils doivent leur apprendre, entre autres, la bonne façon d’adorer Dieu et la meilleure façon de le leur enseigner est par l’exemple.  Dès le moment où un bébé commence à interagir avec son entourage, il apprend.  Et il n’est pas rare, lorsqu’un jeune enfant entend le adhan (appel à la prière), qu’il comprenne qu’il s’agit d’un moment particulier de la journée, où ses parents cessent leurs activités pour aller prier.  Il apprend en observant ce qui se passe, quotidiennement, autour de lui.

Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous a dit qu’il était de notre devoir d’apprendre à nos enfants à prier dès qu’ils atteignent l’âge de sept ans et de les gronder, s’ils ne prient pas, lorsqu’ils atteignent l’âge de dix ans.[2]  Quelle que soit la façon de les gronder, les frapper n’est jamais une option; il s’agit, ici, de leur faire comprendre que la prière est très importante.  Mais  la réalité est que les enfants qui grandissent dans une maison où l’on prie régulièrement auront tendance à prier eux aussi.  D’ailleurs, il arrive souvent que de tous jeunes enfants imitent leurs parents et viennent se prosterner à côté d’eux lors des prières rituelles.

Les enfants agissent souvent par imitation.  S’ils voient, autour d’eux, des gens prier, jeûner et accomplir d’autres actes d’adoration, comme lire le Coran, ils finiront par imiter ces actions.  Et si les gens qui les élèvent ont de bonnes manières et un grand sens de la moralité, il y a de fortes chances pour que les enfants adoptent ces manières et ces façons de voir.  Les compagnons du Prophète ont rapporté qu’ils enseignaient à leurs enfants les fondements de l’islam à partir d’un âge précoce, dès qu’ils arrivaient à saisir ces choses.

« Nous jeûnions et faisions jeûner nos enfants.  Nous leur fabriquions des jouets avec de la laine et si l’un d’eux pleurait pour qu’on lui donne à manger, nous lui donnions un jouet avec lequel il jouait jusqu’au moment de rompre le jeûne. »[3]

Un autre compagnon rapporte :

« Le Messager de Dieu m’emmena au Hajj, avec lui, alors que j’avais sept ans. »[4]

Les enfants ont le droit de vivre en toute sécurité et voir leurs besoins physiques comblés.  L'érudit imam an-Nawawi a dit : « Le père[5] doit élever ses enfants en leur enseignant les bonnes manières et les rituels que nous a légués le Prophète et qui s’appliquent au moment de manger ou de boire, de s’habiller, de quitter la maison, d’y revenir, de conduire des véhicules, etc.  Il doit leur apprendre à devenir de bonnes personnes, à savoir sacrifier ses propres désirs, à donner plus d’importance aux autres qu’à eux-mêmes, à aider autrui, à se montrer noble et généreux.  Il doit leur apprendre à détester les défauts tels la lâcheté, l’avarice, le manque de noblesse, le manque d’ambition, etc.  Il doit également les protéger, du mieux qu’il le peut, contre tout mal physique et contre toute chose susceptible de les amener à commettre des péchés. »

Dans le dernier article de cette série, nous parlerons de justice et de garde des enfants en cas de divorce.

NOTE DE BAS DE PAGE:

  1. (http://www.womenshealth.gov/breastfeeding/benefits/)
  2. At-Tirmidhi, Abu Dawood.
  3. Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim
  4. Sahih Al-Boukhari
  5. Cela s’adresse également à toutes les personnes prenant soin des enfants.


Commentaires