contenu

content

Content of article

Versets 1-16  Les bénédictions de Dieu sont manifestes dans le Coran et chez les êtres créés

Dieu a créé les êtres humains et les a dotés du pouvoir de la parole – privilège qu’Il n’a accordé à aucun autre être créé.  Le monde entourant les humains est basé sur des principes d’équité et de justice que Dieu souhaite voir les humains suivre.  Le Coran est l’expression verbale de cette justice divine et l’univers est son expression pratique.

Versets 17-25   Les bénédictions de Dieu dans le firmament

Une grande partie de l’univers est remplie d’étoiles constituées presque exclusivement de feu.  Les djinns ont été créés de feu, mais les êtres humains ont été créés d’argile, fait très rare au sein du vaste univers.  La Terre est une exception.  Tous les facteurs ayant mené à l’existence, au développement et à la survie de l’être humain ont été créés dans un équilibre absolument parfait.  L’un de ces facteurs est le système des « deux est » et des « deux ouest » sur Terre.  L’hiver et l’été, le soleil se lève et se couche à des endroits différents.  C’est l’inclinaison axiale de la Terre dans l’espace qui produit ces différences saisonnières.  Cette inclinaison est un facteur unique qui procure de nombreux avantages aux êtres humains.

Versets 26-32  Des bénédictions quasi imperceptibles

Tout ce qui est sur Terre finira par disparaître; seul Dieu ne meurt jamais.  La création de l’univers est un miracle de Dieu et, de la même manière, la fin de cet univers sera un signe de Son pouvoir, car elle démontrera qu’Il est si majestueux qu’Il Se suffit entièrement à Lui-même et qu’Il ne dépend d’aucune façon de Sa création.  Il n’a besoin de rien.  Comparez cela aux choses que vous créez vous-mêmes; auriez-vous le courage de détruire ces choses que vous avez mis du temps à créer?  Nous sommes si faibles devant Lui; alors comment pouvons-nous rejeter notre Seigneur Tout-Puissant?  Nous aimons bien reconnaître le fait qu’Il pourvoit à nos besoins, mais nous avons plus de mal à reconnaître notre devoir envers Lui, qui est de Lui obéir.  S’Il ne nous châtie pas, en ce monde, et nous laisse vivre à notre guise, cela ne signifie pas que nous n’aurons jamais à rendre des comptes.

Verset 33-36  Les humains et les djinns sont impuissants vis-à-vis de Dieu

Dieu met au défi les hommes et les djinns : jusqu’à quelle distance peuvent-ils se sauver de Lui?  La puissance de Dieu n’est pas à prendre à la légère.  Les flammes de l’Enfer se déchaîneront sur les djinns et les hommes et ils seront incapables de s’en défendre.

Versets 37-45  La fin horrible des mécréants rebelles

Le déni et l’arrogance découlent toujours d’une absence de crainte de Dieu.  Quand le Jour terrible viendra, les coupables laisseront tomber leur arrogance.  Et la Vérité qu’ils refusaient de reconnaître, malgré toutes les preuves autour d’eux, ils l’accepteront sans broncher lors de ce Jour terrible.  Mais il sera trop tard.  La croyance en Dieu et en Sa puissance n’est valide que sur terre, durant la vie des gens, et non à la toute fin, lorsque ces événements se dérouleront sous les yeux terrifiés des mécréants.

Les criminels qui auront rejeté la vérité et mené une vie de désobéissance recevront le châtiment qu’ils méritent.  Cette scène terrible nous fait craindre plus que tout la colère de Dieu et cette crainte nous rend humbles.  Mais d’une manière générale, nous devrions ressentir un mélange d’amour et de crainte envers Dieu.  La crainte nous pousse à éviter les péchés, tandis que l’amour nous apporte l’espoir et l’énergie qu’il nous faut pour toujours tenter de plaire à Dieu.  Cet amour s’intensifie lorsque Dieu, à travers Son message, nous laisse entrevoir le Paradis qu’Il a préparé pour tous ceux qui redoutent le Jour du Jugement et qui agissent en conséquence.

Versets 46-78  La grande joie des pieux dans l’au-delà

Parmi les plus grandes bénédictions du Paradis sont les deux jardins que recevront les pieux, l’un pour avoir obéi à Dieu et l’autre pour s’être tenus éloignés des interdits.  Les jardins seront constitués d’arbres gigantesques, de superbes rivières, de fruits délicieux, de luxueux sofas et de compagnes et compagnons captivant(e)s.  Les plaisirs du Paradis ne se résumeront pas à ces deux jardins.  Il y en aura d’autres encore plus luxuriants, avec des fontaines et des fruits en abondance.  « Alors, ô djinns et hommes, lequel des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous? »

Commentaires